adversaire


adversaire

adversaire [ advɛrsɛr ] n.
XIIe; fém. XIXe; lat. adversarius
Personne qui est opposée à une autre dans un combat, un conflit, une compétition, un litige, un procès. antagoniste, concurrent, contradicteur, ennemi, rival. « un adversaire à sa mesure » (Duhamel). « Ne cherchant pas à convaincre l'adversaire » (A. Gide).
Personne hostile à (une doctrine, une pratique). « Les adversaires du matérialisme » (Bergson).
⊗ CONTR. Allié, ami, partenaire; partisan.

adversaire nom (latin adversarius) Personne opposée à une autre dans un combat, un jeu, une discussion, un procès, etc. ; antagoniste, concurrent : Un adversaire politique. Personne opposée à une doctrine, une théorie, une pratique, etc. : Les adversaires d'un projet de loi.adversaire (citations) nom (latin adversarius) Robert Brasillach Perpignan 1909-Montrouge 1945 On a toujours les alliés de son adversaire pour alliés. La Reine de Césarée Plon François Marie Arouet, dit Voltaire Paris 1694-Paris 1778 J'ai jugé justement un injuste adversaire. Mérope, IV, 2, Égisthe adversaire (synonymes) nom (latin adversarius) Personne opposée à une autre dans un combat, un jeu...
Synonymes :
Contraires :
- allié
- défenseur
Personne opposée à une doctrine, une théorie, une pratique, etc.
Synonymes :
- compétiteur
Contraires :

adversaire
n. Personne à laquelle on est opposé, contre qui on lutte. Battre, vaincre un adversaire. Syn. antagoniste. Ant. auxiliaire, allié.

⇒ADVERSAIRE, subst. et adj.
I.— Emploi subst. Personne du parti opposé sur laquelle on veut remporter l'avantage.
A.— [Dans un combat, un duel, une compétition sportive, un jeu] :
1. Vous vous battez au pistolet, à vingt-cinq pas, marchant à volonté l'un sur l'autre, jusqu'à une distance de quinze pas. Vous avez chacun cinq pas à faire et trois coups à tirer, pas davantage. Quoi qu'il arrive, vous vous engagez à en rester là l'un et l'autre. Nous chargeons les pistolets de votre adversaire et ses témoins chargent les vôtres.
H. DE BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 524.
2. Mon compagnon n'est plus un « sale gosse » avec lequel il est insoutenable de penser qu'on puisse rivaliser en quoi que ce soit. Le voici l'homme, l'égal, enfin l'adversaire. Il a quinze ans, j'en ai vingt-quatre, et plus rien ne m'occupe que le désir et la volonté de prouver que je suis plus fort que lui.
H. DE MONTHERLANT, Les Olympiques, 1924, p. 266.
3. ... les dieux ont créé autour d'eux tant d'entraîneurs vivants ou non vivants! Quand ce ne serait que l'orage! Quand ce ne serait que les bêtes! Aussi longtemps qu'il y aura des loups, des éléphants, des onces, l'homme aura mieux que l'homme comme émule et comme adversaire.
J. GIRAUDOUX, La Guerre de Troie n'aura pas lieu, 1935, I, 6, p. 60.
4. Songez qu'ici comme en toute chose, la meilleure façon de vaincre votre timidité naturelle c'est d'intimider l'adversaire ou, si vous préférez, le partenaire. Voilà, je suis assis dans mon fauteuil de bureau et j'attends votre attaque.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Le Combat contre les ombres, 1939, pp. 42-43.
5. ... ce boxeur qui s'entraîne en portant des coups à son ombre sur le mur, qui redouble de vitesse tout en s'étudiant de près et qui corrige méthodiquement sa technique, ses réactions, ses réflexes, ses reparties, son doublé fulgurant, renouvelle la science de son coup de poing, mais qui sait aussi encaisser car il y a des jours où il se livre à un furieux adversaire, pas à son ombre, mais à son semblable, pas sur le ring, mais en pleine aventure et loin de tout spectateur, et il s'en revient battu, rossé.
B. CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 186.
Rem. Syntagmes fréq. : coups de l'adversaire (F. FOCH, Mémoires, t. 1, 1929, p. 124), épée de l'- (STENDHAL, Lucien Leuwen, 1836, p. 150), jeu de l'- (J. GIRAUDOUX, La Guerre de Troie n'aura pas lieu, 1935, I, 8, p. 74), loyauté de l'- (F. MAURIAC, Le Bâillon dénoué, 1945, p. 436), désarmer l'- (A. GIDE, Journal, 1939, p. 1290), écraser l'- (R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Révolte, 1907, p. 412), vaincre l'- (ALAIN, Propos, 1929, p. 891), avoir un - à sa taille (J. GUÉHENNO, Jean-Jacques, Roman et vérité, 1950, p. 148), être à la merci de son - (P. DRIEU LA ROCHELLE, Rêveuse bourgeoisie, 1939, p. 91).
P. anal., rare. [En parlant du personnage qui représente le parti opposé à Dieu dans le combat spirituel] L'adversaire. Le diable :
6. Dans la Perse, (...) ce fut le serpent qui, sous le nom d'Ahrimanes, forma la base du système de Zoroastre; et c'est lui, ô chrétiens et juifs! qui est devenu votre serpent d'Ève (la vierge céleste) et celui de la croix, dans les deux cas, emblème de Satan, l'ennemi, le grand adversaire de l'ancien des jours, chanté par Daniel.
C.-F. DE VOLNEY, Les Ruines, 1791, p. 257.
7. ... pour vous, qui me faites l'honneur de discuter avec moi, je suis un adversaire; appelez moi donc l'adversaire :voilà l'étiquette demandée. Moi. Cela ne se dit-il pas Satan, en hébreu? Lui. L'hébreu est une langue morte, soyons de notre temps; vous voyez bien que je n'ai pas le pied fourchu.
L. MÉNARD, Rêveries d'un païen mystique, 1876, p. 40.
♦ Syntagmes rencontrés : le vieil adversaire (J. GREEN, Journal, 1939, p. 178), le grand adversaire (J. GREEN, Journal, 1939, p. 234).
B.— [Dans un procès] :
8. Walstein était fort heureux, il venait de s'accrocher à une des choses sérieuses de la vie. Il avait un procès, on lui envoyait des assignations comme au premier venu. Il ne sortait plus sans un portefeuille plein de papiers timbrés, il en étalait dans son salon, il disait mon procès, mes adversaires, mes juges, mon avocat.
A. KARR, Sous les tilleuls, 1832, p. 227.
C.— [Dans une confrontation d'idées ou d'opinions] :
9. Quel ordre social ils nous proposent, ces partisans du despotisme et de l'intolérance, ces ennemis des lumières, ces adversaires de l'humanité, quand elle porte le nom de peuple et de nation?
G. DE STAËL, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, t. 2, 1817, p. 447.
10. Il [le docteur] avait une contenance vulgaire, et pourtant une physionomie extraordinaire et frappante. Quand le docteur croyait avoir convaincu son adversaire, et dès qu'il parlait à quelqu'un, il avait un adversaire à convaincre et un partisan à gagner, ses sourcils se relevaient d'une façon démesurée et ses petits yeux gris ouverts comme ceux d'une hyène, semblaient prêts à lui sortir de la tête.
STENDHAL, Lucien Leuwen, t. 1, 1836, p. 163.
11. Entre l'enthousiasme de 1820 et le positivisme de 1860, l'expérience interposée a mis l'homme en défiance et en défense; d'amant, il est devenu parfois ennemi, souvent adversaire, plus souvent spectateur et tout au plus ami. Ami après escarmouche et sous toutes réserves.
H. TAINE, Notes sur Paris, vie et opinions de Monsieur Frédéric-Thomas Graindorge, 1867, p. 230.
12. Quand donc ils combattaient, quand ils évinçaient sournoisement Brunetière, ils n'avaient pas même cette excuse de combattre et d'évincer sournoisement un adversaire et un ennemi. Ni un ennemi de leurs idées, ni un ennemi de leurs personnes. Ils combattaient leur propre père, et leur propre auteur, et l'homme de leur bord qui avait plus de talent qu'eux.
Ch. PÉGUY, L'Argent, 1913, p. 1182.
Rem. 1. Syntagmes fréq. : adversaire déclaré (É. ZOLA, Pot Bouille, 1882, p. 219), adversaire politique (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1896, p. 238), - redoutable (V. DE JOUY, L'Hermite de la chaussée d'Antin, t. 5, 1814, p. 165), irréductible - (J. GUÉHENNO, Jean-Jacques, Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 62), ardents adversaires (E. RENAN, Souvenirs d'enfance et de jeunesse, 1883, p. 369), -de l'ordre établi (ID., Drames philosophiques, Caliban, 1878, V, 1, p. 431) : 2. Adversaire, ennemi désignent des pers. de partis différents et d'intérêts opposés entrées en compétition ou en conflit; les ennemis sont opposés sur le plan des pers. et cherchent à se faire du tort, les adversaires, opposés sur le plan des intérêts et des actions, ne visent qu'à remporter l'avantage. 3. Adversaire se dit aussi au fém. en parlant d'une femme avec valeur iron. : ma belle adversaire (J.-A. DE GOBINEAU, Les Pléiades, 1874, p. 60).
II.— Emploi de valeur adj., rare :
13. Tout est adversaire, tout est ennemi aux personnages de Racine, ils sont tous ennemis les uns des autres et ils ne parlent jamais que pour mettre l'adversaire dans son tort et ainsi justifier d'avance ensemble, en dedans, les cruautés qu'ils exerceront sur lui, comme lui-même a déjà justifié les cruautés qu'il exercera sur eux.
Ch. PÉGUY, Victor-Marie, Comte Hugo, 1910, p. 775.
14. En avant des maisons éventrées, Ramos passa devant une vingtaine de corps allongés, parallèles et confus, tous semblables devant les décombres. Il arrêta l'auto, siffla pour appeler une ambulance. Anarchistes, communistes, socialistes, républicains, comme l'inépuisable grondement de ces avions mêlait bien ces sangs qui s'étaient crus adversaires, au fond fraternel de la mort...
A. MALRAUX, L'Espoir, 1937, p. 723.
Rem. Il s'agit en fait de l'emploi normal, en position d'attribut, d'un subst. sans article avec valeur qualificative; de tels emplois sont particulièrement usuels pour des subst. à contenu affectif : (ami, ennemi, frère, etc.) ou classificateur (fonctionnaire, administrateur, juge, professeur, écrivain, poète, sculpteur, etc.). La fréq. de chaque mot dans cet emploi est fonction de l'usage.
Prononc. ET ORTH. :[]. Enq. :/2/. — Rem. À propos des 3 mots adversaire, adverse, adversité, FÉR. Crit. t. 1 1787 fait la rem. suiv. : ,,Pendant longtemps les sentiments étaient partagés sur la prononciation du d dans ces trois mots; Th. Corneille, Ménage et La Touche, d'après eux, soutenaient qu'on ne le prononçait pas; les Mrs. de L'Acad., les Auteurs du Dict. de Trév. et autres, étaient d'un avis contraire sans doute, puisqu'ils n'avertissent pas que le d soit muet. Aujourd'hui, il n'y a plus de dispute, et tout le monde le prononce.`` s.v. adversaire, en partic. il précise : ,,Quelques uns prononcent aversaire sans d, d'autres l'écrivent de même; les uns et les autres pèchent contre l'usage.``
Étymol. ET HIST. — 1. 1135 « diable » (WACE, Vie de Sainte Marguerite 660 ds KELLER, Ét. descriptive sur le vocab. de Wace, p. 180 a : Li Sains Espir del ciel descende E d'aversaire les deffende). — 1204 (RENCLUS DE MOILIENS, Carité, CLXXIX, 1 ds GDF. Compl.; 2. 1155 « celui qui s'oppose à qqc. » (WACE, Roman de Rou, III, 10353, KELLER, op. cit., 257 b : Robert vint de Jerusalem, Grant joie en firent a Roem; Normendie a tote saisie E tote l'out en sa baillie; N'i a trové nul aversaire, Partot pour ço que il volt faire); 3. 1160 « ennemi » (WACE, Roman de Brut, 13848, KELLER, op. cit., 272 b : ... Engleis sunt nostre adversaire).
Empr. au lat. adversarius, à l'emploi 2, CIC., Off., 3, 86 ds TLL, 846, 56 : gravem adversarium imperii sustulisset; en lat. chrét. adversarius a été empl. au sens 1 dep. TERTULLIEN, Test. anim., 5, ibid., 846, 42; au sens 3 « ennemi (de la patrie) » dep. CAECILIUS, Com., 299, ibid., 845, 76; cf. forme pop. a. fr. aversier dep. Roland. — Rem. Aversaire a été de peu précédé d'un doublet aversier « ennemi, diable » (1131-1137, Cour. Louis, 347 : Ja nos requierent paien et aversier; 505 : on li ameine le rei Corsolt en piez, Lait et anchais, hisdos come aversier).
STAT. — Fréq. abs. litt. :2 761. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 3 159, b) 3 461; XXe s. : a) 3 357, b) 5 173.
BBG. — BAILLY (R.) 1969. — BAR 1960. — BÉNAC 1956. — BONNAIRE 1835. — BRUANT 1901. — DAIRE 1759. — FÉR. 1768. — GUIZOT 1864. — KOLD. 1902. — LACR. 1963. — LAF. 1878. — LE BRETON Suppl. 1960. — MARCEL 1938. — SARDOU 1877. — SOMMER 1882. — Synon. 1818.

adversaire [advɛʀsɛʀ] n.
ÉTYM. XIIe; a remplacé la forme aversier; fém., XIXe; du lat. adversarius.
Personne qui est opposée à une autre (dans un combat, un conflit, une compétition, une discussion, une joute, un match, un procès…). Antagoniste, compétiteur, concurrent, contradicteur, contraire, émule, ennemi, rival. || L'adversaire de qqn, son adversaire. || Un rude adversaire. || Un adversaire acharné qu'on rencontre toujours sur son chemin. || Vaincre, écraser, clouer son adversaire. || Ménager l'adversaire.
1 Qui se hasarderait contre un tel adversaire ?
Corneille, le Cid, IV, 5.
2 Mais comme il s'est vu seul contre trois adversaires (…)
Corneille, Horace, III, 6.
3 (…) mes plus dangereux et plus grands adversaires,
Sitôt qu'ils sont vaincus, ne sont plus que mes frères.
Corneille, Pompée, 917.
4 L'amour des beaux esprits, qui chez vous m'est contraire
Ne pouvait m'opposer un moins noble adversaire.
Molière, les Femmes savantes, IV, 2.
5 Dans une discussion, je suis toujours du côté de l'adversaire.
Gide, cité par Maurois, Études littéraires, t. I, p. 58.
6 Un remaniement des équipes les rassembla dans la même partie, d'abord en adversaires, puis en partenaires.
Martin du Gard, les Thibault, III, 6.
7 Sur le champ de bataille, exactement comme sur le stade, les hommes qui se battent sont les joueurs de deux équipes rivales : ils ne sont pas des ennemis, ils sont des adversaires.
Martin du Gard, les Thibault, VIII, 40.
8 Mon père avait consumé toute l'année 1906 en joutes oratoires contre un propriétaire vindicatif. Pourvu d'un adversaire à sa mesure, mon père s'était surpassé.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, V, 5.
9 Les hommes avaient des forces en trop. Il leur faut lutter maintenant, oublieux de leurs véritables adversaires, ayant affaire à des ombres (…)
Henri Michaux, Face aux verrous, p. 100.
REM. Adversaire peut s'employer au masc. en parlant d'une femme. Cette femme est un dangereux adversaire.
Spécialt (droit). La partie adverse.
Personne hostile à (une doctrine, une pratique). || Les adversaires du cléricalisme. || Adversaires et partisans d'une politique. || C'est un adversaire déclaré, acharné, irréductible, redoutable du gouvernement.
Adj. (Rare). || « Ces sangs qui s'étaient crus adversaires » (Malraux).
CONTR. Allié, ami, auxiliaire, champion, collaborateur, complice, défenseur, partenaire, partisan.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • adversaire — ADVERSAIRE. sub. Celui qui est opposé, et sur lequel on veut remporter l avantage. Il se dit en parlant De combat, soit avec les armes, soit par la parole. Vaincre son adversaire, ses adversaires. Désarmer son adversaire, le ménager, l écraser.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • adversaire — Adversaire, Iniquus, Aduersarius, Antagonista. Estre adversaire à aucun et l empescher, Aduersari. Adversaire, et qui est à l opposite et contraire à quelque chose, Aduersarius. Se constituer adversaire, Intendere se aduersarium in alium.… …   Thresor de la langue françoyse

  • adversaire — ADVERSAIRE. s. m. Celuy qui est de party, d interest ou d opinion contraire. Il a un fort, un puissant adversaire. repousser, vaincre son adversaire, ses adversaires. Il se dit aussi de la femme. C est elle qui est vostre adversaire …   Dictionnaire de l'Académie française

  • adversaire — (a dvèr sê r ) s. m. Celui qui s oppose à, qui lutte contre. Être l adversaire de quelqu un. Il a été l adversaire de cette loi. Cette femme a été un adversaire persévérant. •   Ils auront toujours en eux de puissants adversaires, PASC. Prov. 1.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ADVERSAIRE — s. m. Celui qui est opposé, et sur lequel on veut remporter l avantage. Il se dit en parlant De combats réels ou simulés, de disputes, de procès, de contestations. Vaincre son adversaire, ses adversaires. Désarmer son adversaire. Ménager, écraser …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Adversaire — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Adversaire », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) En cryptologie et en sécurité informatique …   Wikipédia en Français

  • ADVERSAIRE — n. m. Celui qui est opposé, qui lutte contre quelqu’un. Vaincre son adversaire, ses adversaires. Désarmer son adversaire. Ménager, écraser son adversaire. J’ai pour adversaire un homme fort habile. Il se dit quelquefois d’une Femme, sans prendre… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Adversaire —          CICÉRON     Bio express : Homme politique et orateur latin ( 106/ 43)     «Que ta campagne soit magnifique, brillante, éclatante, populaire et que pèse sur tes concurrents s il est possible de trouver quelque chose un soupçon d infamie… …   Dictionnaire des citations politiques

  • Adversaire — Ad|ver|saire [... zɛ:ɐ̯] der; s, s <aus gleichbed. fr. adversaire> svw. ↑Adversarius …   Das große Fremdwörterbuch

  • adversaire — nm., concurrent, (au jeu, aux élections) : ADVARSÉRO, A, E (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard